Marie-Laurence Lobin est présidente CLE du SAGE de la Nonette (60)*. Elle était présente à la journée de sensibilisation sur l'adaptation au changement climatique qui se déroulait à Nogent-sur-Oise, le 5 décembre dernier. Dans cet entretien, elle fait part des mesures déjà prises par le SAGE pour s'adapter. Selon elle, il est important que la population puisse être accompagnée dans son changement de pratiques et modifie sa vision sur l'eau. Rencontre.

 

ML

 

Qu’avez-vous pensé des différents exposés entendus ? Lequel vous a le plus intéressé/marqué ?
Je ne vais pas vous dire que celui sur le SAGE de la Nonette était le plus remarquable... (rires). Les présentations étaient toutes très intéressantes, la météo de 2050 notamment, m'a beaucoup appris.


Pensez-vous que dans le futur, le SAGE de la Nonette soit impacté par tous ces changements liés aux effets climatiques et soit obligé de s’adapter ?
Le SAGE de la Nonette approuvé en décembre 2015 prend déjà en compte des mesures liées aux effets climatiques. Les actions concernant l'amélioration de la gestion du pluvial, de l'assainissement, l'optimisation de l'adduction (dérivation des eaux pour les amener dans un lieu donné) en eau potable notamment et bien sûr la protection des cours d'eau et la restauration des zones humides participent à l'adaptation au changement climatique. Le contrat global du SAGE de la Nonette vient concrétiser ces objectifs via un plan d'actions sur l'ensemble de ces thématiques pour les 5 prochaines années. Par ailleurs, nous lançons en 2018 une nouvelle classe d'eau à destination des élus et acteurs du territoire sur la thématique du changement climatique afin de sensibiliser nos élus et partenaires à cet enjeu. Cette action sera lancée en partenariat avec l'Agence de l'Eau Seine-Normandie et le CPIE de l'Oise.

 

Une de vos missions est de limiter l’imperméabilisation des sols. Prenez-vous en compte les risques liés aux changements climatiques dans votre politique actuelle ?
Oui, c'est une partie importante pour notre SAGE et nous le faisons appliquer par le biais des Plan Locaux d'Urbanisme. Par exemple, nous demandons la gestion des eaux pluviales à la parcelle ; plus précisément, il est demandé un pourcentage de non imperméabilisation des sols, afin d'infiltrer l'eau à la parcelle. Aussi, nous insistons sur la gestion des eaux pluviales dans tous les projets d'aménagements.


La lutte contre le ruissellement fait partie de vos missions, or avec l’augmentation de l’intensité des orages notamment, le risque s’accroît de plus en plus, est-ce que cela vous préoccupe ?
Le ruissellement et l'érosion sont des problématiques très importantes de notre territoire, et notamment sur le sous-bassin versant de la Launette. En effet, ces eaux non gérées finissent par s'écouler dans les cours d'eau chargées de polluants et de matières en suspension. Elles participent à la mauvaise qualité physico-chimique de la rivière mais aussi de son relief par l'érosion des berges et l'envasement qu'elles provoquent.


Pour y remédier, nous avons mis en œuvre un programme d'actions sur ce sous-bassin. Nous discutons aussi avec les agriculteurs (adaptation des pratiques agricoles, plantation de haies...). Dans les PLU nous demandons de cartographier les axes de ruissellements, de protéger les haies, les bosquets, de privilégier des bandes enherbées, les mares, les noues (fossés qui recueillent l'eau) pour freiner le ruissellement. Nous accompagnons les villes sur la mise en place d'un Schéma de Gestion douce du Pluvial (SGEP). Celui-ci a pour but de leur fournir un plan d'actions avec des techniques de gestion du pluvial alternatives au réseau (mares, noues végétalisées, non imperméabilisation, création d'espaces verts, récupération des eaux pluviales, chaussée drainante, parking perméable...). Il s'agit d'accompagner un véritable changement de pratiques. L'autre objectif est de faire accepter l'eau, non plus comme un déchet à évacuer le plus vite possible, mais comme une ressource en lien avec une ville plus verte et une gestion à la source des eaux.

 

A l’écoute des informations reçues lors de ces journées de sensibilisation, êtes-vous optimiste ou plutôt inquiète pour l'avenir ?
Plutôt optimiste ! Je pense en effet que la lutte contre le réchauffement climatique doit être à l'initiative de tous. Par de simples petits gestes quotidiens, nous pouvons réduire les émissions de gaz à effet de serre. Je ne vais pas vous parler de transport, d'isolation, de chauffage, de réduire la consommation électrique, de trier les déchets, mais plutôt des actions de communication portées par le SAGE de la Nonette. En plus de la classe d'eau, nous organisons une semaine de l'eau. Chaque année nous changeons de thème. Celui de cette année était "l'eau et les loisirs". La classe d'eau 2018 se déroulera du 14 avril au 22 avril sur la thématique "l'eau et le patrimoine". Cette action permet au syndicat d'aborder l'eau de façon plus ludique tout en faisant passer des messages essentiels.

 

*Qu'est-ce qu'un SAGE (ou Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux) ?

 

Il correspond, à l'échelle d'un bassin versant, à une politique de gestion de la ressource en eau prenant en compte tous les aspects :

les milieux aquatiques tels que cours d'eau, zones humides, étangs et autres étendues, les nappes phréatiques,

la biodiversité de ces milieux

l'eau potable,

l'assainissement,

la qualité de l'eau (rejets, ruissellement, pollutions),

les prélèvements (agricoles, industriels, domestiques),

les risques liés à l'eau tels que inondations, coulées de boues, sécheresse,

les activités économiques et le patrimoine historique et culturel lié à l'eau.

 

Le SAGE constitue un outil de planification privilégié pour répondre localement aux objectifs de la Directive Européenne Cadre sur l'Eau et assurer une gestion concertée de la ressource en eau.

 

Pour en savoir plus sur le SAGE de la Nonette : http://www.syndicat-sage-nonette.fr/

Sur les journées de sensibilisation à l'adaptation au changement climatique des 5 et 7 décembrehttp://eptb-oise.fr/index.php/370-5-et-7-dec-60-personnes-presentes-aux-journees-sur-le-climat